Vieux Château de Chanlecy

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Géolocalisation sur la carte&nbsp how do you tenderize meat;: France

Le Vieux Château de Chanlecy, est une ancienne maison forte, qui se dresse sur la commune de Champlecy dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Le Vieux Château de Chanlecy est située dans le département français de Saône-et-Loire sur la commune de Champlecy, à flanc de pente.

En 1520, la famille de Boyer s’implante sur cette terre. En 1558, Jean de Boyer, seigneur de Champlecy, est lieutenant général au bailliage de Mâcon.

En 1602, Jean-François de Champlecy obtient d’Henri IV la substitution du nom de la terre de Champlecy à celui de Boyer.

Au début du XVIIe siècle how do you tenderise steak, Jean-François bâtit le château non loin d’une ancienne motte. En 1645, son fils, également nommé Jean-François de Champlecy, hérite de la seigneurie. Au milieu du XVIIe siècle, sa nièce, Charlotte de Champlecy, baronne de Sainte-Croix, lui succède ; elle épouse Jean-Éléonor de Damas et, en secondes noces, Charles de Batz de Castelmore d’Artagnan, modèle du héros d’Alexandre Dumas.

En 1683, Louis II de Batz, chevalier, baron de Sainte-Croix, seigneur de Castelmore et de Champlecy, comte d’Artagnan, fils cadet des précédents, leur succède.

À l’époque révolutionnaire le château appartient au duc de Cossé-Brissac, baron de la Motte-Saint-Jean.

En 1645, le château est décrit comme une maison forte cantonnée de quatre tours ; il n’en subsiste qu’un corps de logis de plan rectangulaire comprenant un étage de soubassement, un rez-de-chaussée et un étage couvert d’un toit à croupes. Il est flanqué sur sa façade nord d’une tour d’escalier carrée hors œuvre sur le pan, coiffée d’un toit en pavillon, que défend au nord glass liter water bottle, au niveau du second étage, une bretèche sur consoles à ressauts en quart-de-rond, sur le parapet de laquelle sont sculptées les armes de Jean de Champlécy.

De grandes fenêtres à meneaux et croisillons sans moulure éclairent l’unique étage du logis dont le rez-de-chaussée a été remanié au XVIIIe siècle (porte à linteaux en arc surbaissé) et XIXe siècle.