was goalies tragen im fußball?

torhüter sind die einzigen spieler auf dem spielfeld, die dir die hände benutzen, ohne eine strafe.sie tragen uniformen auch anders als der rest der spieler.so können sie sich auf andere spieler und funktionäre und zum schutz vor verletzungen.
die anforderungen für die fußball – trikots werden von der fifa, das leitungsgremium des sports.die fifa hat die gesetze des spiels, müssen alle akteure, einschließlich goalies, tragen ein jersey oder t – shirt, shorts und socken, schienbeinschützer und schuhe.die spieler tragen darf unterhemden und unterhosen, aber sie müssen dieselbe farbe wie der oberbekleidung.
zusätzlich zu den grundlegenden einheitlichen regeln, torhüter tragen muss ein trikot mit farben, die anders sind, unterscheiden sich von denen getragen und von beiden mannschaften und der schiedsrichter.diese regel erlaubt funktionäre und spieler ist in der lage, die torhüter aller zeiten, auch in melees rund um das ziel.es ist ok, wenn beide goalies haben trikots, die die gleiche farbe.in bezug auf die nicht standartmaessige ausrüstung können sie in shorts und hosen, die speziell für die torwart – position.die shorts sind tendenziell länger als normale fußball – shorts, bietet mehr schutz beim tauchen sie blockieren eine chance.lange hosen, die für goalies bieten noch mehr schutz, obwohl sie vielleicht das gefühl, dass sie langsam genug, sie zu benutzen.
goalies dürfen die handschuhe, die fast schon unentbehrlich für eine wettbewerbsfähige torwart.die handschuhe schützen ihre hände, finger – und handgelenke aus schüsse auf lange und kurze reichweite, die reisen auf fast 100 stundenkilometern.handschuhe für torhüter kann mit einer aus latex palm mit flexiblen grooves und angenähten fingern.torwart – handschuhe für kinder „fußball, hergestellt von so bekannte namen wie nike und adidas, kostet um die 20 dollar.
die fifa – regeln sind in der regel gefolgt von college – und high – school – fußball leitungsgremien auch.ausnahmen gibt es aufgrund von alter oder die sicherheit.zum beispiel high school fußballspieler, regiert von der national federation of high – school – verbänden, erforderlich sind, tragen t – shirts, shorts, schienbeinschützer und schuhe, die eine angemessene größe für das alter.schienbeinschützer kann nicht höher sein als zwei zentimeter über dem knöchel.fifa erlaubt, geräte für goalies und andere spieler für schutzmaßnahmen stellen keine gefahr für andere spieler.so tragen kopfbedeckungen, gesichtsmasken, auge und knie und arm – pads sind weich, leicht und gepolsterte material sind ok

USA BESLER Man T-shirt Online-Shop

USA BESLER Geschenk Umweltschutz Weg Fussball T-shirt Blau

BUY NOW

€218.99
€28.99

.

Biblioteca Nacional de Uruguay

La Biblioteca Nacional de Uruguay es la mayor y más antigua biblioteca pública del país. El actual edificio donde funciona fue proyectado por el arquitecto Luis Crespi, con un estilo neoclásico, con un área de 4 000 m2 aproximadamente; fue inaugurado oficialmente en 1965, tras un proceso de adquisición del predio iniciado en 1926.

Es una unidad ejecutora del Ministerio de Educación y Cultura de Uruguay, destinada preservar y difundir el patrimonio bibliográfico y documental del país.

A instancias de Dámaso Antonio Larrañaga y con el apoyo de José Gervasio Artigas, quienes en 1815 reclamaron al Cabildo la creación de una biblioteca pública, el 26 de mayo de 1816 abrió sus puertas la Biblioteca Pública, la primera del país. Su acervo comprendía 5 000 volúmenes entre las donaciones de Larrañaga, José Manuel Pérez Castellano, José Raimundo Guerra, y otras provenientes del convento de San Francisco. Durante la invasión luso-brasileña (1817-1828) la colección quedó reducida a unos dos mil volúmenes.

En 1926 se adquirió el predio del actual edificio y su piedra fundamental fue colocada el 26 de mayo de 1938. La misma pasó a denominarse Biblioteca Nacional a partir de ese año, aunque la nueva sede se ocupó recién en 1955 y fue finalmente inaugurada en forma oficial en 1964.

Integran su acervo primeras ediciones nacionales, ejemplares únicos, incunables, manuscritos, mapas, fotografías, partituras, acuarelas y grabados. Entre los que se destacan la Oración Inaugural de Larrañaga, 1816; Colección de documentos históricos correspondientes a estos años. Montevideo, Imprenta de Torres, 1822; El Parnaso Oriental o Guirnalda de la República uruguaya. Compilado por Luciano Lira, Montevideo, Imprenta de la Caridad, 1835-37. Así como el archivo documental de José Enrique Rodó, los manuscritos de Juan Carlos Onetti y las colecciones de Julio Herrera y Reissig, Eduardo Acevedo Díaz, Horacio Quiroga, Florencio Sánchez, Francisco Acuña de Figueroa, Javier de Viana, Delmira Agustini, Juan Zorrilla de San Martín, Juana de Ibarbourou, entre otros.

La Revista de la Biblioteca Nacional, publicada por primera vez en 1966, es el principal medio de divulgación de las investigaciones que realiza el Departamento de Investigaciones y Archivo Literario de la biblioteca, así como los Cuadernos de Historia y Cuadernos de Literatura que edita periódicamente.

Esta sección asesora al lector en el manejo de los diferentes catálogos que posee la institución, proporcionándole la información para la más precisa ubicación del tema o su profundización. Para ello, el bibliotecario utiliza la amplia colección de referencia de que dispone la sección (diccionarios, enciclopedias de carácter general y especializado). Si el material solicitado por el lector no se encuentra en la institución, se lo ubica en otros repositorios y se le proporciona al solicitante la información obtenida novelty socks wholesale. Se reciben asimismo consultas del extranjero, enviándose inmediatamente contra reembolso la respuesta en forma de carta, fotocopia, microfilm, e-mail o cualquier otro medio magnético, de acuerdo con la solicitud.

Fueron directores de la biblioteca Dámaso Antonio Larrañaga, Francisco Acuña de Figueroa y Alberto Zum Felde, entre otros. Actualmente se encuentra en el puesto de directora la Licenciada en Bibliotecología Esther Pailos Vázquez.

El régimen de depósito legal está destinado a hacer llegar a la Biblioteca Nacional y a la del Palacio Legislativo todos los impresos que aparecen editados en el Uruguay. Algunas de las disposiciones no fueron cumplidas estrictamente en el pasado, y, como consecuencia, no ha llegado a la Biblioteca Nacional todo lo editado. Una parte de ese material ha sido incorporado posteriormente. Desde 1971

United States Home DISKERUD 10 Jerseys

United States Home DISKERUD 10 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, rige la Ley N. o 13.835 (artículos 191 a 193), reglamentada por el Decreto N. o 694/971, que sujeta a «propietarios o arrendatarios de talleres gráficos particulares, mimeográficos y similares, así como las imprentas del Estado», a Depósito Legal.

Honoré Tournely

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Honoré Tournely (1658-1729) est un théologien français.

Né à Antibes key holder for running, il fut reçu docteur de la faculté de théologie de Paris en 1686. Il obtint en mai 1688 la charge de professeur de théologie à l’université de Douai après la disgrâce de Gilbert. Il y enseigna les cas de conscience et reçut en même temps un canonicat à Tournai.

Fervent opposant des jansénistes, il fut souvent dénoncé comme l’auteur de la Fourberie de Douai. Rappelé à Paris en 1692, il enseigna la théologie au collège de Navarre jusqu’en 1716.

Son traité de théologie Praelectiones Theologicae (1738-1740) a été regardé comme une des plus importantes sommes de l’époque. Il combattit le jansénisme dans ses cours et dans ses publications.

Il était abbé commendataire de l’abbaye de Magnac (1707) thermos water bottle replacement parts, de l’abbaye de Plaimpied (1709) et chanoine de la sainte-Chapelle de Paris.

Péronne-en-Mélantois

Péronne-en-Mélantois ist eine französische Gemeinde mit 895 Einwohnern (Stand: 1. Januar 2013) im Département Nord in der Region Hauts-de-France. Sie gehört zum Arrondissement Lille und zum Kanton Templeuve (bis 2015: Kanton Cysoing). Die Einwohner werden Bachynois genannt.

Péronne-en-Mélantois liegt etwa zehn Kilometer südöstlich des Stadtzentrums von Lille nahe der Grenze zu Belgien. Umgeben wird Péronne-en-Mélantois von den Nachbargemeinden Sainghin-en-Mélantois im Norden, Cysoing im Osten, Louvil im Südosten, Templeuve im Süden sowie Fretin im Westen.

Durch die Gemeinde führt die Autoroute A23.

Anstaing | Armentières | Baisieux | Beaucamps-Ligny | Bondues | Bousbecque | Bouvines | Capinghem | Chéreng | Comines | Croix | Deûlémont | Don | Emmerin | Englos | Ennetières-en-Weppes | Erquinghem-le-Sec | Erquinghem-Lys | Escobecques | Faches-Thumesnil | Forest-sur-Marque | Fournes-en-Weppes | Frelinghien | Fretin | Gruson | Hallennes-lez-Haubourdin | Halluin | Hantay | Haubourdin | Hem | Herlies | Houplin-Ancoisne | Houplines | Illies | La Bassée | La Chapelle-d’Armentières | La Madeleine | Lambersart | Lannoy | Leers | Lesquin | Lezennes | Lille | Linselles | Lompret | Loos&nbsp waterproof camera bag;| Lys-lez-Lannoy | Marcq-en-Barœul | Marquette-lez-Lille | Marquillies | Mons-en-Barœul | Mouvaux | Neuville-en-Ferrain | Noyelles-lès-Seclin | Pérenchies | Péronne-en-Mélantois | Prémesques | Quesnoy-sur-Deûle | Ronchin | Roncq | Roubaix | Sailly-lez-Lannoy | Sainghin-en-Mélantois | Sainghin-en-Weppes | Saint-André-lez-Lille | Salomé | Santes | Seclin | Sequedin | Templemars | Toufflers | Tourcoing | Tressin | Vendeville | Verlinghem | Villeneuve-d’Ascq | Wambrechies | Warneton | Wasquehal | Wattignies | Wattrelos | Wavrin | Wervicq-Sud | Wicres | Willems

Allennes-les-Marais | Annœullin | Anstaing | Armentières | Attiches | Aubers | Avelin | Bachy | Baisieux | Bauvin | Beaucamps-Ligny | Bersée | Bois-Grenier | Bondues&nbsp wholesale sock distributors;| Bourghelles | Bousbecque | Bouvines | Camphin-en-Carembault | Camphin-en-Pévèle | Capinghem | Cappelle-en-Pévèle | Carnin | Chemy | Chéreng | Cobrieux | Comines | Croix | Cysoing | Deûlémont | Don | Emmerin | Englos | Ennetières-en-Weppes | Ennevelin | Erquinghem-le-Sec | Erquinghem-Lys | Escobecques | Faches-Thumesnil | Forest-sur-Marque | Fournes-en-Weppes | Frelinghien | Fretin | Fromelles | Genech | Gondecourt | Gruson | Hallennes-lez-Haubourdin | Halluin | Hantay | Haubourdin | Hem | Herlies | Herrin | Houplin-Ancoisne | Houplines | Illies | La Bassée | La Chapelle-d’Armentières | La Madeleine | La Neuville | Lambersart | Lannoy | Le Maisnil | Leers | Lesquin | Lezennes | Lille | Linselles | Lompret | Loos | Louvil | Lys-lez-Lannoy | Marcq-en-Barœul | Marquette-lez-Lille | Marquillies | Mérignies | Moncheaux | Mons-en-Barœul | Mons-en-Pévèle | Mouchin | Mouvaux | Neuville-en-Ferrain | Noyelles-lès-Seclin | Ostricourt | Pérenchies | Péronne-en-Mélantois | Phalempin | Pont-à-Marcq | Prémesques | Provin | Quesnoy-sur-Deûle | Radinghem-en-Weppes | Ronchin | Roncq | Roubaix | Sailly-lez-Lannoy | Sainghin-en-Mélantois | Sainghin-en-Weppes | Saint-André-lez-Lille | Salomé | Santes | Seclin | Sequedin | Templemars | Templeuve | Thumeries | Toufflers | Tourcoing | Tourmignies | Tressin | Vendeville | Verlinghem | Villeneuve-d’Ascq | Wahagnies | Wambrechies | Wannehain | Warneton | Wasquehal | Wattignies | Wattrelos | Wavrin | Wervicq-Sud | Wicres | Willems

Rob Wainwright

Rob Wainwright (Carmarthen, Wales, 1967) is sinds april 2009 directeur van Europol.

Wainwright studeerde aan de London School of Economics en slaagde hier in 1989 als BSc (Bachelor of Science). Daarna oefende hij verschillende managementfuncties uit bij de landelijke overheid en hield hij zich bezig met georganiseerde criminaliteit running dog belt, contraterrorisme en analyse van veiligheidsinlichtingen.

Van 2000 tot 2003 was Wainwright bestuurder bij Europol in Den Haag en leidde hij gelijktijdig de Britse Europol-eenheid in Londen. In 2003 werd hij benoemd tot directeur voor internationale betrekkingen van de toenmalige National Criminal Intelligence Service (NCIS) en was hij verantwoordelijk voor internationale operaties usa sock manufacturers, en de ontwikkeling en implementatie van een Britse strategie tegen illegale immigratie remington shaver spares.

Aansluitend leidde hij vanaf 2006 de internationale afdeling van de Serious Organised Crime Agency (SOCA), met jaarlijks 20 Heart Dangle Bracelet.000 opsporingsonderzoeken. In 2009 volgde hij de Duitser Max-Peter Ratzel op als directeur van Europol.

Internal passport of Russia

The Internal Russian passport (officially in Russian: Паспорт гражданина Российской Федерации, commonly referred to as внутренний паспорт, общегражданский паспорт) is an identity document for Russian citizens who are aged 14 or over.

In 1992, passports – or other photo identification documents – became necessary to board a train. Train tickets started to bear passenger names, allegedly, as an effort to combat speculative reselling of the tickets.

On 9 December 1992, special pages were introduced which were affixed in Soviet passports, certifying that the bearer of the passport was a citizen of Russia. These pages were optional unless travelling to the other former Soviet republics which continued to accept Soviet passports; for other occasions, other proofs of citizenship were accepted as well. Issuance of the pages continued until the end of 2002.[citation needed]

On 8 July 1997, the currently-used design of the Russian internal passport was introduced. Unlike the Soviet passports, which had three photo pages, the new passports only have one. A passport is first issued at the age of 14, and then replaced upon reaching the ages of 20 and 45. The text in the passports is in Russian, but passports issued in autonomous entities may, on the bearer’s request glass drinking bottles with lids, contain an additional page duplicating all data in one of the official local languages.

A deadline for exchanging old passports for the new ones was initially set at year-end of 2001, but then extended several times and finally set at 30 June 2004. The government had first regulated that having failed to exchange one’s passport would constitute a punishable violation. However, the Supreme Court ruled to the effect that citizens cannot be obliged to exchange their passports. The Soviet passports ceased to be valid as means of personal identification since mid-2004, but it is still legal (though barely practical) to have one.

The propiska was formally abandoned soon after adoption of the current Constitution in 1993, and replaced with „residency registration“ which, in principle, was simply notification of one’s place of residence.

Nevertheless, under the new regulations, permanent registration records are stamped in citizens‘ internal passports just as were propiskas. This has led to the widespread misconception that registration was just a new name for the propiska; many continue to call it „propiska„. This misconception is partly reinforced by the fact that the existing rules for registration make it an onerous process, dependent on the consent of landlords, which effectively prevents tenants of flats from registering.

Internal Russian passports are issued only inside the country. Russian citizens who live abroad can get internal passport only if they visit Russia, i.e., it is not possible to get internal passport in the Russian consulate abroad. In practice, Russian citizens who live abroad often do get new internal passports at all, as the law allows them to prove their identity with an international Russian passport (travel document).

In November 2010 Federal Migration Service announced the possible cancellation of internal passports, replacing them with plastic ID cards or driver’s licenses triathlon running belt. Starting from 1 January 2013, so called Universal electronic cards (Russian: Универсальная электронная карта) are being issued. By the year 2015 they are starting to fully replace old internal passports. Nevertheless, the number of people to whom these cards were issued is negligible.

First page

Second page

Passport page number

Text in Russian: „place of residence: Irkutsk“. Almost every citizen has such stamp in internal Russian passport about registration at the place of residence (sometimes still called „propiska“).

2 Open border with Schengen Area.

3 Russia is a transcontinental country in Eastern Europe and Northern Asia. The vast majority of its population (80%) lives in European Russia, therefore Russia as a whole is included as a European country here.

4 Turkey is a transcontinental country in the Middle East and Southeast Europe. Has a small part of its territory (3%) in Southeast Europe called Turkish Thrace.

5 Azerbaijan and Georgia (Abkhazia; South Ossetia) are transcontinental countries. Both have a small part of their territories in the European part of the Caucasus.

6 Kazakhstan is a transcontinental country. Has a small part of its territories located west of the Urals in Eastern Europe.

7 Armenia (Nagorno-Karabakh) and Cyprus (Northern Cyprus) are entirely in Southwest Asia but having socio-political connections with Europe.

8 Egypt is a transcontinental country in North Africa and the Middle East. Has a small part of its territory in the Middle East called Sinai peninsula.

9 Partially recognized.

Biometric identity cards () are indicated in italics.

Agressions sexuelles du Nouvel An 2016 en Allemagne

Durant les célébrations du Nouvel An le , une vague d‘agressions sexuelles collectives, de vols, de braquages et au moins deux cas de viol — tous dirigés contre des femmes — est rapportée à travers l’Allemagne, principalement à Cologne, mais aussi en Finlande, en Suède, en Suisse et en Autriche. En Allemagne, douze villes sont touchées : Francfort, Hambourg, Stuttgart, Bielefeld et Düsseldorf principalement. 12 des 16 Länder ont été impactés dans un bilan revu à la hausse le .

Le nombre d’agresseurs est estimé à 1 500 rien que pour Cologne. Les assauts sont coordonnés et commis par des groupes de 2 à 40 hommes, décrits comme nord-africains ou arabes. Les suspects sont principalement des demandeurs d’asile et/ou des immigrés en situation illégale. Le nombre de plaintes à Cologne ne cesse de croître du 4 au 21 janvier, passant de 30 le lundi 4 janvier à 1 088 le 17 février concernant plus de 1 049 victimes.

Le silence de la police et des médias, le laxisme policier, les déclarations de la maire de Cologne incriminant les femmes allemandes et le retard pris par les médias, surtout l’audiovisuel public (ARD, ZDF et autres), pour rapporter les faits sont vivement critiqués dans les jours qui suivent.

Puis, six semaines après les faits, la police allemande fait un point sur l’enquête. À Cologne, sur les 1 088 plaintes déposées, 470 concernent des agressions sexuelles et 618 des vols, coups ou blessures.

Les agresseurs sont décrits comme « fortement alcoolisés » et leur nombre est d’abord estimé à 1 000 individus, puis à 1 500. Cependant, des rapports subséquents de la Deutsche Presse-Agentur indiquent que ce nombre représente plutôt la quantité d’hommes présents le à la gare centrale de Cologne, et non le nombre d’agresseurs.

Selon les présumées victimes et le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers, forcé de prendre sa retraite le , les hommes responsables des agressions sont d’« apparence arabe ou nord-africaine », âgés entre 15 et 35 ans, et ne parlent pas l’allemand.

La police évoque dans son rapport d’enquête des délinquants nord-africains : « Depuis 2011, les coupables de délits venus de pays d’Afrique du Nord, en particulier l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, représentent une part considérable des vols à la tire à Cologne. Ce groupe est enclin à la violence et utilise fréquemment des armes, comme des couteaux ou des gaz lacrymogènes ». Au soir du , les 30 suspects identifiés sont tous nord-africains.

À la mi-février, de nombreux médias rapportent les chiffres donnés par le procureur de Cologne concernant l’identité des agresseurs : sur 58 agresseurs identifiés, 55 ne seraient pas des réfugiés, mais des migrants d’Afrique du Nord. Le procureur de Cologne apporte dans les heures qui suivent un démenti, affirmant que ses propos ont été déformés: « L’immense majorité des suspects identifiés rentrent dans la catégorie générale de „réfugiés“. Les récentes informations rapportant que seuls trois des suspects étaient des réfugiés sont un non-sens total. Ils ont divers statuts légaux, parmi lesquels „immigrés clandestins“, „personnes en recherche d’asile“ et „demandeurs d’asile“. Cela recouvre l’immense majorité des suspects.»

L’enquête avançant, la police fédérale allemande identifie 73 suspects, dont 18 ont le statut de demandeur d’asile, les autres étant en situation illégale. Ce groupe comprend 27 Algériens, 30 Marocains, 3 Tunisiens, 1 Libyen, 1 Iranien, 4 Irakiens, 3 Syriens et 3 Allemands. Seuls 12 de ces suspects sont soupçonnés d’agressions sexuelles.

Le 5 avril 2016, selon un rapport publié par les autorités locales, sur les 153 personnes suspectées d’avoir commis des agressions notamment à caractère sexuel lors du Nouvel An 2016, 103 sont de nationalité algérienne ou marocaine. Parmi ce groupe, 68 d’entre eux disposent du statut de demandeur d’asile et 18 sont en situation illégale en Allemagne.

Les agressions sont coordonnées, les assaillants arrivant en larges groupes. Un groupe d’environ 500 personnes lance des pétards en direction de la foule réunie sur la place publique et tire profit de la confusion ainsi créée pour commettre des vols, des braquages et des agressions sexuelles.

Des hommes encerclent de près les femmes en groupes de 30 ou 40, selon des témoins, isolant ainsi les victimes de leurs amis. Selon un rapport d’incident de la police de Cologne rédigé le , les suspects utilisent principalement des agressions à caractère sexuel comme moyen de diversion afin de s’emparer de certains biens personnels de leurs victimes, comme des téléphones portables ou des porte-monnaies. Le rapport indique aussi que les groupes d’assaillants étaient formés de 2 à 20 personnes.

Au , 106 femmes, parmi elles une policière, avaient porté plainte à la police au sujet d’événements, incluant deux viols, survenus sur la place publique située entre la gare centrale et la cathédrale de Cologne, dans la gare ou aux abords de celle-ci. Des policiers de Cologne indiquent au journal Die Welt que, contrairement aux premières déclarations officielles, la plupart des agresseurs étaient des demandeurs d’asile récemment arrivés, et que leur but n’était pas principalement de voler les passantes mais de les encercler pour leur amusement sexuel.

Le 12 janvier, le nombre de plaintes à Cologne s’élève à 561 pour 653 infractions. Le 20 janvier, le nombre de plaintes s’élève à 809 dont 521 se rapportant directement à des cas d’agressions sexuelles

Deux immigrés clandestins nord-africains ont été arrêtés en possession de papiers avec des formules obscènes et des menaces de mort inscrites sur des papiers en arabe et en allemand (« Je veux t’embrasser », « Tu as de gros seins », « je vais te tuer », « je vais te baiser », etc.); sur leurs téléphones portables ils ont enregistré des vidéos d’agressions ; depuis des mois Cologne vivait une hausse de la criminalité contre les femmes, celles-ci refusant d’aller dans certains commerces et rues à cause du harcèlement et des persécutions dont elles y font l’objet.

Des événements similaires ont lieu à Hambourg — en particulier sur l’avenue Reeperbahn, St. Pauli — et Francfort, où 133 et 40 femmes, respectivement, déclarent avoir été agressées sexuellement ou délestées de leurs biens. D’autres attaques sont signalées à Bielefeld, Düsseldorf, Nuremberg et Stuttgart. À Weil am Rhein, 2 filles de 14 et 15 ans ont été violées collectivement à plusieurs reprises la nuit du Nouvel An . À Nuremberg, 2 filles de 18 et 19 ans ont été encerclées par 20 hommes et agressées sexuellement. À Ansbach 5 femmes entre 16 et 19 ans ont été agressées sexuellement. Au total ce sont 12 villes allemandes qui ont reçu des plaintes pour agression sexuelle le soir du Nouvel An.

Rapporté par des médias, la police allemande a revu à la hausse l’étendue des agressions révélant que ces crimes ont été commis dans douze des seize Länder que compte l’Allemagne. Ainsi si le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Cologne, Düsseldorf et Bielefeld) a été le plus touché avec 1 076 plaintes déposées (dont 384 pour délits sexuels), des agressions similaires ont été enregistrées en Hesse (centre, 31), en Bavière (sud-ouest, 27), dans le Bade-Wurtemberg (25), à Brême (nord, 11) et Berlin (est, six). Un cas d’agression a été recensé en Basse-Saxe (nord-ouest), dans le Brandebourg, en Saxe (est), en Rhénanie-Palatinat et en Sarre (ouest).

En juillet 2016, un rapport de police relayé par le Süddeutsche Zeitung avance des chiffres actualisés: ce sont désormais 1200 femmes qui ont été agressées par 2000 hommes.

Des attaques similaires durant la Saint-Sylvestre ont été signalés en dehors de l’Allemagne notamment en Autriche, en Finlande, en Suède et en Suisse.

En Finlande, le Bureau national des enquêtes nie initialement que des agressions similaires à celles de Cologne se soient produites à Helsinki. Plus tard, le service de police d’Helsinki reconnait avoir reçu des informations concernant trois cas de harcèlement sexuel. La police finlandaise a décrit la nature des agressions pour la Finlande comme « phénomène complètement nouveau ». Finalement, le , la police finlandaises annonce ouvrir une enquête sur des viols de masse effectués sur des jeunes femmes finlandaises par des groupes de migrants : 1 viol, 2 tentatives de viols et 12 agressions sexuelles rien qu’à Helsinki.

En Suède, la police finit par révéler avoir dissimulé 36 plaintes pour agression sexuelle lors d’un festival de musique en 2014 et 2015. À l’époque, une centaine de personnes majoritairement étrangères avait été interpellée, 200 bannis du périmètre. Les médias et la police n’en avaient pas parlé ; ils ont attendu les événements de Cologne pour le faire. Le chef de la police Peter Agren a déclaré ne pas oser parfois « dire ce qu’il en est, par peur de faire le jeu des démocrates de Suède ». D’autres villes de Suède : Malmö, Helsingborg, Kalmar et Karlstad, rapportent des événements similaires le jour du Nouvel An.

À Zurich water bottle thermal, des femmes ont également été agressées, volées, agressées sexuellement par des groupes d’étrangers, selon le même mode opératoire qu’à Cologne.

À Salzbourg aussi, des femmes ont été agressées sexuellement et volées par des migrants : 8 plaintes ont été déposées. À Innsbruck, un couple a été agressé, la femme séparée de son compagnon et violée par un groupe de migrants. Dans le Haut-Tyrol, une adolescente de 16 ans aussi a été agressée sexuellement. À Vienne, 2 femmes ont également été volées et agressées par des migrants. En août 2016, la police de Vienne a arrêté neuf hommes, soupçonnés d’avoir violé une Allemande de 28 ans lors du Nouvel An. Les auteurs présumés sont des demandeurs d’asile irakiens qui nient avoit participé. La police est parvenue sur la trace des suspects grâce à des images de caméras de surveillance et des traces d’ADN prélevé. La victime aurait été violée successivement par plusieurs des inculpés.

Au festival du quartier de Kreuzberg à Berlin, le week-end de Pentecôte, huit agressions sexuelles ont été signalés .

Le 28 mai, lors du festival de musique à Darmstadt dix-huit femmes affirment avoir été victimes d’agressions sexuelles. Trois demandeurs d’asile pakistanais ont été arrêtés .

Pendant plusieurs jours, les agressions sexuelles ne sont pas mentionnées dans les principaux médias allemands. Ceux-ci subissent ensuite un feu de critiques  best shaver review; les médias et les autorités policières sont accusées d’avoir ignoré ou tenté de camoufler les événements, de peur qu’ils n’entraînent des critiques sur la politique du gouvernement allemand dans la crise migratoire . La chaîne de télévision ZDF, vivement critiquée pour son retard à mentionner l’information, présente ses excuses le 5 janvier admettant une « erreur manifeste d’appréciation ». Les attaques ne sont évoquées par les grands titres de presse français qu’à partir du 6 janvier.

Enquêtant sur les retards d’information de la part des autorités policières à Cologne, les médias révèlent que les communiqués de la direction de la police étaient en contradiction avec les rapports des policiers sur place. Le journal Bild, dans un entretien avec un haut fonctionnaire de police, dévoile que les autorités policières ont reçu des instructions strictes de leur direction de ne pas signaler aux journalistes les infractions commises par les réfugiés. Ces aveux renforcent le mécontentement de la population allemande quant à la couverture médiatique jugée complaisante de la crise des migrants.

Ces accusations de complaisance des médias envers les positions du gouvernement allemand dans la crise migratoire et l’accueil de réfugiés avaient déjà été énoncées dans le passé. Le sociologue conservateur et critique du multiculturalisme Mathieu Bock-Côté analyse ce silence volontaire des médias comme « une preuve de plus de la tendance du complexe médiatico-politique à filtrer les mauvaises nouvelles idéologiques qui peuvent, d’une manière ou d’une autre, compromettre la légende du vivre-ensemble diversitaire. » Le journaliste Brice Couturier voit dans la volonté de dissimuler les événements de Cologne un danger pour la démocratie et ce qui fonde le contrat social. « Mais lorsqu’un État, au nom d’une idéologie qu’il sait impopulaire, le multiculturalisme, renonce de fait à assurer et à garantir la libre circulation des femmes dans l’espace public, et tente de les dissuader de porter plainte, alors le contrat est menacé. ».

Des médias allemands considèrent que l’autocensure des médias allemands sur les premiers cas de violences sexuelles ont conduit à une impasse et conduit à l’effet inverse de celui recherché car cela empire les réactions racistes. Ces médias préféreraient que l’Allemagne s’inspire de la Norvège qui forme les nouveaux arrivants sur l’importance de la liberté des femmes dans les pays d’Europe et leur apprend les comportements appropriés à leur égard. Le carnaval de Cologne, qui se déroule sur 5 jours en février 2016, est le théâtre d’agressions sexuelles.

À Cologne, la police avait déployé 143 agents locaux et 70 policiers fédéraux pour ramener l’ordre le  ; toutefois, en raison de l’obscurité et du nombre d’individus impliqués dans les événements, le chef de la police de ce temps-là, Wolfgang Albers, a admis que les efforts des autorités n’avaient pas été efficaces.

Huit suspects, tous des demandeurs d’asile, sont détenus à Cologne. Cinq hommes âgés de 18 à 24 ans sont arrêtés, mais les policiers ont déterminé qu’ils sont impliqués dans des délits différents, non liés. Au 6 janvier, six jours après les événements, aucune arrestation n’est effectuée relativement aux agressions sexuelles ou aux vols. Le 1er janvier 2016, seulement 9 enquêteurs sont assignés à ce dossier, un nombre qui atteint 80 le 6 janvier, après la couverture locale et internationale donnée aux allégations des présumées victimes.

La police de Cologne est critiquée pour sa façon de gérer la situation, après qu’elle a initialement décrit les événements de la nuit du 31 décembre au 1er janvier comme « détendus ». Une victime de voies de fait et de vol indique avoir été incitée à « se plaindre ailleurs » par les policiers à qui elle a déclaré les faits. Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, critique quant à lui la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour avoir qualifié les célébrations de « pacifiques ». Le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers, repousse les critiques en arguant que les agressions avaient « un aspect criminel entièrement nouveau ». La police de Düsseldorf s’inquiète de ce que les agressions soient liées à un gang connu composé de quelque 2 000 Nord-Africains.

La volonté de dissimuler les événements par les services du ministère de l’Intérieur est encore confirmée dans les mois qui suivent. Ainsi, devant le Comité d’enquête du Parlement, un membre de la police de Cologne a confirmé qu’il avait reçu des appels du centre national de contrôle à Duisburg, service dépendant du ministère de l’Intérieur, lui demandant de supprimer le mot « viol » d’un rapport interne.

Heiko Maas, le ministre de la Justice allemand envisage une préméditation et une coordination : « Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît, sous une forme ou une autre, planifié. Personne ne me fera croire que cela n’a pas été coordonné ou préparé » . « On commence à soupçonner derrière les agressions très organisées que des femmes ont subies dans plusieurs villes d’Allemagne à la Saint-Sylvestre une nouvelle stratégie de déstabilisation du terrorisme islamiste ».

D’autres, au contraire, doutent fortement du caractère organisé de ces attaques. Ainsi Matthias Beermann, correspondant en chef du Rheinische Post (de), remarque que pour l’instant aucune preuve n’a pu être établie en ce sens et que rien dans l’enquête ne vient supporter l’hypothèse du ministre de la Justice Heiko Maas.

Le , un groupe de 200 à 300 femmes manifeste devant la cathédrale de Cologne, exigeant le respect pour les femmes et demandant que la chancelière Angela Merkel réagisse. Alice Schwarzer, « la plus connue des féministes allemandes », a estimé que ce qui était arrivé le 31 décembre à la gare de Cologne était du même ordre que les agressions sexuelles qui se sont produites place Tahrir au Caire, de 2012 à 2014.

Angela Spizig, adjointe (Verts) au maire de Cologne pendant quatorze ans, s’est désolée : « J’ai célébré Cologne comme une ville de deux mille ans de migrations, d’intégration réussie et de femmes fortes. J’ai eu l’impression que tout ce qui fait cette ville et qui a été construit ces dernières années a été ruiné en une nuit. »

Elisabeth Badinter, en revanche, dénonce le silence des féministes françaises qui ne voulant pas « alimenter le racisme » tombent, selon elle, dans le déni.

La philosophe et sociologue algérienne Marieme Helie Lucas, par ailleurs fondatrice et coordinatrice de deux réseaux féministes internationaux, dénonce des agressions préparées, non pas avec des structures hiérarchiques mais des réseaux fluides et informels avec quelques meneurs et une masse de jeunes marginaux qui auraient été incités à « bien s’amuser » avec des Européennes jugées porteuses de « mœurs décadentes ». Elle vise à cet effet « l’extrême droite religieuse musulmane » qui défend des vues patriarcales.

La bourgmestre de Cologne, Henriette Reker, est sévèrement critiquée pour sa réaction aux allégations de viol et d’agressions sexuelles collectives. En conférence de presse, elle évoque un prétendu « code de conduite » et suggère aux femmes de se tenir à distance des gens qu’on ne connait pas. Elle demande à celles-ci de se garder « eine Armlänge », littéralement « à un bras de distance ». Ce commentaire suscite l’indignation publique et Reker est accusée de blâmer les victimes. Sur Twitter, le hashtag #einearmlänge devient un des sujets de conversation principaux des Allemands dans la soirée du 5 janvier. Henriette Reker convoque une rencontre d’urgence avec les policiers à la suite des incidents et déclare publiquement qu’il est « inapproprié » de lier les agressions sexuelles collectives à l’arrivée récente de réfugiés en Allemagne.

Le ministre de l’Intérieur de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jäger, déclare : « Nous n’accepterons pas que des groupes d’hommes nord-africains se rassemblent dans le but spécifique d’avilir des femmes et de les agresser sexuellement. »

L’association des enseignants de Saxe-Anhalt rappelle le harcèlement sexuel dont sont victimes les élèves allemandes depuis l’arrivée des migrants à l’été 2015 et appelle les filles (surtout les mineures, même de 12 ans) notamment à faire attention aux migrants .

La chancelière Angela Merkel et le ministre allemand de la Justice Heiko Maas condamnent les agressions. Merkel parle d’« abominables attaques et agressions sexuelles ». Maas qualifie ces assauts de « dimension complètement nouvelle du crime organisé ». Merkel demande à la bourgmestre de Cologne Henriette Reker une réponse forte et l’exhorte à faire tout ce qui est possible pour « identifier les coupables rapidement et les punir, peu importe leur origine ou leurs antécédents », et promet des mesures préventives pour un carnaval prévu en février. Les suspects étant pour la plupart algériens et marocains, le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, a proposé d’accélérer l’examen des demandes d’asile émanant de ressortissants marocains et algériens pour les expulser plus rapidement en cas de rejet.

À la suite de ces agressions de masse, le Premier ministre social-démocrate slovaque, Robert Fico, dit avoir réclamé la tenue d’un Conseil européen extraordinaire, pour accélérer le renforcement des frontières européennes. Il réitère son refus de ne recevoir dans son pays aucun réfugié musulman. Le gouvernement polonais de Beata Szydło en réaction aux événements affirme que « les problèmes sont plus graves que les dirigeants européens n’avaient malheureusement de manière imprudente voulu croire ». Donald Tusk, président du Conseil européen, affirmant n’avoir reçu aucune demande officielle, a déclaré n’avoir pas l’intention de convoquer prochainement un sommet sur ces sujets. Le président social-démocrate tchèque Miloš Zeman avance pour sa part que « l’intégration de la communauté musulmane est pratiquement impossible », la venue de ces migrants en Europe risquant de « se terminer comme à Cologne ».

Inversement, Sami Abu-Yusuf, un imam salafiste d’une mosquée de Cologne, déclare à la presse que « les filles étaient les responsables des événements de la Saint-Sylvestre, parce qu’elles étaient à moitié nues et qu’elles portaient du parfum ».

Une clé de lecture de l’indignation qui a saisi l’Allemagne après ces vagues d’agressions est la connaissance de la dimension symbolique de Cologne. En effet, cette ville abrite la cathédrale construite il y a 600 ans, monument le plus visité d’Allemagne et l’un des seuls édifices à avoir résisté aux bombardements constants de la Deuxième guerre mondiale, tandis que les gares allemandes bénéficient très généralement d’une grande confiance de la part des habitants.

Par ailleurs, l’Allemagne, et en particulier Cologne, a eu d’heureuses expériences avec les manifestations de masse telle la Love Parade, les diverses « fan zones » de Berlin mais aussi avec les grandes fêtes populaires organisées dans d’autres capitales régionales, Cologne étant l’une des villes allemandes les plus libérales et cosmopolites et dont la société civile est à la fois diverse et solide. Ces éléments soulignent la faillite symbolique ressentie par les Allemands lors de ces agressions de masse.

Historiquement, l’Allemagne est un pays où les femmes se faisaient rarement agresser dans la rue. Ces crimes ont donc une dimension nouvelle pour les Allemands et les Allemandes.

Jérôme Fourquet, directeur du Département opinion publique à l’IFOP, analyse un sondage effectué par son organisme : « L’enseignement principal, c’est l’impact très fort au sein de la société française des événements de Cologne. Une très large majorité de Français en ont entendu parler (84 % étant un score très élevé pour un événement à l’étranger) et ont été „marqués“ par cela (pour 73 % d’entre eux) » Seulement 17 % des Français considèrent que les médias traitent correctement le sujet.

Pour le magazine The Economist, se basant sur un sondage effectué dans les pays à majorité musulmane, « il y a vraiment un fossé culturel (cultural gulf) entre l’Europe riche, libérale, laïque et certains des pays d’où les migrants récents viennent ». Ainsi, par exemple, plus de 90 % des Tunisiens et des Marocains croient que la femme doit toujours obéir à son mari.

Selon un sondage réalisé mi-janvier 2016 en Allemagne, 50 % des personnes interrogées pense que la politique d’accueil des réfugiés porte la responsabilité des agressions de Cologne et pour 67 % d’entre elles que les événements de Cologne montrent l’échec des efforts d’intégration de ces dernières décennies.

En 2014 à la suite d’une explosion des crimes et délits à Düsseldorf, une étude, « baptisée « Casablanca », porte sur le risque pour les jeunes migrants de tomber dans la criminalité au cours de la première année suivant leur arrivée en Allemagne. » Les résultats diffèrent fortement selon l’origine des migrants :

À la suite de ces informations, le gouvernement allemand voudrait dorénavant considérer comme sûrs l’Algérie et le Maroc. Il pourrait donc ainsi expulser ses ressortissants qui ne pourraient plus se prévaloir du droit d’asile .

Par delà les questions précises qui concernent les événements du Nouvel An, apparaît bientôt, du fait d’une très grand majorité de suspects d’origine étrangère (réfugiés ou non), une remise en cause de la politique du gouvernement allemand concernant l’immigration et plus particulièrement la crise migratoire en Europe. Dans le New York Times, Ross Douthat prenant acte des violences, commente : « si vous croyez qu’une vieille société sécularisée, jusqu’ici essentiellement homogène est susceptible d’absorber pacifiquement une migration de cette taille et de cette ampleur de différence culturelle, alors vous avez un avenir brillant comme porte-parole du gouvernement allemand actuel. […] Vous êtes également un fou ». Tirant des conclusions de ces événements, il enjoint Angela Merkel à démissionner. The Sunday Times invoque pour sa part la « naïveté » de Merkel alors qu’une très grande partie de la presse internationale s’exprime de manière soit sceptique ou critique vis-à-vis de la politique de la chancelière allemande.

En conséquence des événements, l’administration allemande a placé l’Algérie, le Maroc et la Tunisie sur la liste des «pays sûrs» afin d’accélérer l’examen des demandes d’asiles et de favoriser les expulsions.

Le carnaval de Cologne est un des plus importants d’Europe avec plus d’un million de personnes. Les autorités sont inquiètes du risque de renouvellement des événements du Nouvel An et envisagent la création de zones de sécurité pour les femmes.

Sur les autres projets Wikimedia :

podcast güte: breathalyzers und der mars – turbine

themen in diesem beitrag
den letzten posten
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
die rote pille, sie wollten
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
das beste, was wir haben, lesen sie diese woche
grüße, erdlinge.chuck hier von dem zeug, das sie wissen sollten, podcast – programm.wie wäre es, wenn wir gleich auf die güte, nicht alle anderen sehr beschäftigt?und ich weigere mich, zu reden über das wetter noch bis anfang oktober.
in dieser woche über die show, wir geklopft mit ein paar wissenschaftlichen themen waren ziemlich cool.hat man schon länger und ist nicht bereit, für die öffentlichkeit bestimmt.am dienstag war wegen trunkenheit am steuer breathalyzers zeigen, die es seit den dreißigern und nutzung durch die polizei seit den 1940er jahren. damals wurden sie als „drunk-o-meters“ und aus irgendeinem grund josh lachte jedes mal, wenn ich dieses wort sagte.wir erläuterten die schrauben und muttern, wie die drei wichtigsten arten von alkohol atemtest gearbeitet.hier in georgien, benutzen sie die infrarot – versionen, aber zum glück habe ich noch nie einen samurai gesehen.wir waren beide ziemlich überrascht, wie komplex diese kleinen geräte sind, und wir waren auch nicht so angenehm überrascht zu erfahren, dass die lesung kann schwanken, je nachdem

billig USA DAVIS Lady Weg Trikots Blau

USA DAVIS Antibakterielle Atmungsaktiv Weg Fussball T-shirt Blau

BUY NOW

€218.99
€28.99

, wo man atem kommt

Manchester United Juan Mata Herren Shirt Online-Shop

Manchester United Juan Mata Atmungsaktiv Tragbar Weg Fussball Shirt Weiß

BUY NOW

€218.99
€28.99

.
gestern wurden die mars – turbine.das ist ein wirklich cooler blick in die zukunft der grünen energie – produktion, in diesem fall durch den wind.jetzt die windenergie ist nicht neu, aber der mars – turbine sieht es der logische nächste schritt – himmel.regelmäßige windkraftanlagen eine ziemlich große aufgabe für sie aufbringen können, aber der mars, weil sie bis zu 700 meter höher als die höchste terrestrischen turbine wirklich spaß etwas windig hintern.das tolle an der mars ist, dass es nicht eine exakte zahl für die umwelt, weil die applikation werden.sie wagen es, sich wie eine riesige aufblasbare fußball, sie mechanisch erzeugte energie eine leine zu boden, wo es in nutzbare elektrische energie mit hilfe von transformatoren.mehr, als man auf den ersten blick tatsächlich.
einen großen und sicheren wochenende, leute.lass von dir hören in den kommentaren unter.
wenn sie nicht auf uns auf facebook oder twitter noch, bitte.
print – | citation & datum

Lagarde-sur-le-Né

Lagarde-sur-le-Né ist eine französische Gemeinde mit 168 Einwohnern (Stand 1. Januar 2013) im Département Charente. Die Bewohner nennen sich Lagardais.

Lagarde liegt am Né, einem Nebenfluss der Charente. Die Nachbargemeinden sind Criteuil-la-Magdeleine im Norden, Barbezieux-Saint-Hilaire im Osten, Barret im Süden und Lachaise im Westen.

In Lagarde-sur-le-Né stehen eine Kirche und ein Kriegerdenkmal.

Ambleville | Angeac-Champagne | Angeac-Charente | Angeduc | Anville | Ars | Auge-Saint-Médard | Baignes-Sainte-Radegonde | Barbezieux-Saint-Hilaire | Barret | Bassac | Berneuil | Birac | Boisbreteau | Bonneuil | Bonneville | Bors | Bourg-Charente | Bouteville | Boutiers-Saint-Trojan | Bréville&nbsp meat tenderizer injector;| Brie-sous-Barbezieux | Brossac | Challignac | Chantillac | Chassors | Châteaubernard | Châteauneuf-sur-Charente | Châtignac | Cherves-Richemont | Chillac | Cognac | Condéon | Courbillac | Criteuil-la-Magdeleine | Éraville | Fleurac | Foussignac | Genac-Bignac | Gensac-la-Pallue | Genté | Gimeux | Gondeville | Gourville | Graves-Saint-Amant | Guimps | Guizengeard | Houlette | Jarnac | Javrezac | Juillac-le-Coq&nbsp thermos drinking flask;| Julienne | Lachaise | Ladiville | Lagarde-sur-le-Né | Le Tâtre | Les Métairies | Lignières-Sonneville | Louzac-Saint-André | Mainxe | Malaville | Marcillac-Lanville | Mareuil | Mérignac | Merpins | Mesnac | Mons | Montigné | Montmérac | Mosnac | Nercillac | Nonaville | Oriolles | Passirac | Reignac | Réparsac | Rouillac | Saint-Aulais-la-Chapelle | Saint-Bonnet | Saint-Brice | Saint-Cybardeaux | Sainte-Sévère | Sainte-Souline | Saint-Félix | Saint-Fort-sur-le-Né | Saint-Laurent-de-Cognac | Saint-Laurent-des-Combes | Saint-Médard | Saint-Même-les-Carrières | Saint-Palais-du-Né | Saint-Preuil | Saint-Simeux | Saint-Simon | Saint-Sulpice-de-Cognac | Saint-Vallier | Salles-d’Angles | Salles-de-Barbezieux | Sauvignac | Segonzac | Sigogne | Touvérac | Touzac | Triac-Lautrait | Vaux-Rouillac | Verrières | Vibrac | Vignolles | Viville

Angeduc | Baignes-Sainte-Radegonde | Barbezieux-Saint-Hilaire | Barret | Berneuil | Boisbreteau | Bors | Brie-sous-Barbezieux | Brossac | Challignac | Chantillac | Châtignac | Chillac | Condéon | Guimps | Guizengeard | Lachaise | Ladiville | Lagarde-sur-le-Né | Lamérac | Le Tâtre | Montchaude | Oriolles | Passirac | Reignac | Saint-Aulais-la-Chapelle | Saint-Bonnet | Sainte-Souline | Saint-Félix | Saint-Laurent-des-Combes | Saint-Médard | Saint-Palais-du-Né | Saint-Vallier | Salles-de-Barbezieux | Sauvignac | Touvérac | Vignolles

Marit Myrmæl

Marit Myrmæl (ur. 20 stycznia 1954 w Meldal) – norweska biegaczka narciarska, brązowa medalistka olimpijska.

Igrzyska olimpijskie w Innsbrucku w 1976 r. były jej olimpijskim debiutem phone case bag. W swoim najlepszym starcie, w biegu na 5 km techniką klasyczną zajęła 18 miejsce. Wraz z koleżankami z reprezentacji zajęła także 5 miejsce w sztafecie 4×5 m. Swój największy sukces w karierze osiągnęła podczas igrzysk olimpijskich w Lake Placid w 1980 r. Wraz z Brit Pettersen, Anette Bøe i Berit Aunli zdobyła brązowy medal w sztafecie 4×5 km. W biegu na 5 km ponownie była osiemnasta. Startowała także na igrzyskach olimpijskich w Sarajewie. Jej najlepszym wynikiem na tych igrzyskach było 7 miejsce w biegu na 10 km techniką klasyczną soccer scorpion football shirts.

W 1978 r. wystartowała na mistrzostwach świata w Lahti. Zajęła tam 10 miejsce w biegu na 5 km stylem klasycznym, a wraz z koleżankami zajęła 5 miejsce w sztafecie. Startowała także na mistrzostwach świata w Oslo w 1982 r., gdzie jej najlepszym wynikiem było 6 miejsce w biegu na 20 km techniką klasyczną wholesale soccer jersey 168.

Najlepsze wyniki w Pucharze Świata osiągnęła w sezonie 1981/1982 kiedy to zajęła 4 miejsce w klasyfikacji generalnej.